L’histoire de la Colombie commence il y a plus de 20 000 ans. Différentes civilisations amérindiennes se développent dès cette époque, dont la plus influente est celle du peuple Chibcha. Celui-ci domine le centre du pays lorsqueChristophe Colomb découvre l’Amérique en 1492.

Le territoire est rapidement colonisé par l’Espagne qui lui donne le nom de Nouvelle-Grenade. De nombreuses villes sont fondées dont Santafe de Bogota (l’actuelle capitale de la Colombie) en 1538. Les Amérindiens sont massacrés ou soumis au régime de l’encomienda. Des Africains sont amenés pour servir de main-d’œuvre servile, notamment dans les mines d’or du Chocó. Le pays connaît d’importants soulèvements à partir de 1810  Guerre d’indépendance espagnole. Grâce à la guerre menée par le Libertador Simón Bolívar ces révoltes aboutissent à l’indépendance de la totalité de la vice-royauté en 1819, malgré une reconquête temporaire par l’Espagne.

En 1821 la Nouvelle-Grenade (dont fait alors partie le Panama), la Capitainerie générale du Venezuela et la Présidence de Quito se regroupent en une république, la République de (Grande) Colombie. Cependant de nombreux désaccords surviennent et des volontés d’indépendance se font sentir, aboutissant à la sécession du Venezuela en 1829 et de l’Équateur l’année suivante.

La Grande Colombie devient alors la République de Nouvelle-Grenade,  puis les États-Unis de Colombie en 1863. Le gouvernement central perd progressivement la quasi-totalité de ses pouvoirs et le pays en devient presque ingouvernable jusqu’à la politique de Regeneración du président Rafael Núñez. Celle-ci aboutit à l’abandon du fédéralisme et à l’adoption de la constitution de 1886 qui crée la République de Colombie et reste en vigueur pendant plus d’un siècle.

Les affrontements ne cessent cependant pas totalement et, en 1899, commence la guerre des Mille Jours, une guerre civile particulièrement violente qui dure trois ans et affaiblit la Colombie au point qu’elle ne peut s’opposer à l’indépendance du Panama en 1903. Cette épreuve choque durement la classe dirigeante qui s’abstient de tout nouveau conflit pendant plus de quarante ans, ce qui permet au pays de se développer économiquement. Cependant en 1948 le leader du parti libéral, Jorge Eliécer Gaitán, est assassiné à Bogota. Sa mort provoque des émeutes appelées Bogotazo qui dégénèrent en une guerre civile connue sous le nom de La Violencia. Le général Gustavo Rojas Pinilla tente de mettre fin à l’anarchie en prenant le pouvoir en 1953. Après un succès mitigé, il est renversé en 1957. Le pays est alors dirigé par le Front national, une alliance entre le Parti libéral et le Parti conservateur.

Même si le calme revient peu à peu, cette confiscation du pouvoir par les deux partis principaux entraîne certaines formations politiques de gauche vers des modes de contestation non institutionnels et violents. Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) en fournissent un exemple parmi d’autres. Cette radicalisation déclenche un nouveau conflit, baptisé conflit armé colombien, toujours en cours aujourd’hui. Depuis l’adoption en 1991 d’une nouvelle constitution qui restaure le pluralisme politique, et après l’exercice d’une politique militaire active contre les différentes guérillas, ce conflit tend néanmoins à s’apaiser et la situation à se normaliser.

Colombie Conseil, vous accompagne avec des services personnalisés, sur mesure à moindre coût

Yoann NIVARD fondateur de Colombie Conseil, présent sur Medellín depuis 2012.

Enfin, contactez nous  pour du conseil, Vous loger, faire un investissement, un stage, visiter et bien d’autres choses encore…

Email: info@colombieconseil.com

Colombie Conseil

Calle 12 # Cr 43d – 04, Barrio Manila, Poblado,

Medellín, Colombie

Si vous avez aimé cet article merci de commenter ou de mettre un

Facebook Comments
back to top